Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 12:47

Accord de libre-échange : les multinationales américaines pourraient nous imposer leurs normes

L'économiste Thomas Porcher revient sur quelques points controversés de l'accord de libre-échange transatlantique, en cours de négociation entre les Etats-Unis et l’UE

: voir la vidéo sur le site.

Mis à jour le , publié le

Les États-Unis et l'Union européenne sont deux marchés gigantesques. L'objectif du traité de libre-échange transatlantique est de réunir ces deux marchés pour n'en former plus qu'un, mais le rapport de force pourrait être déséquilibré.

Selon l'économiste Thomas Porcher, des multinationales américaines pourraient imposer leurs normes aux entreprises européennes. "Sur un tas de secteurs, ce sont les Américains qui sont en force. Certaines de ces normes pourraient être imposées à nos industries", estime-t-il.

Un manque de transparence

Les négociations entre les États-Unis et l'Europe ont débuté en 2013. Elles se déroulent dans le plus grand secret et certains parlementaires pointent du doigt un manque de transparence. "Nous en sommes au treizième tour des négociations, et on ne connaît absolument rien. Les comptes-rendus de la Commission européenne sont d'une banalité affligeante. Personne ne peut dire ce qui a été négocié en termes de normes", déplore Thomas Porcher.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents