Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 15:55

Les autorités locales tentent de casser la grève à Carnaud


 

La grève des ouvriers de la société Crown Packaging Maroc (Ex-Carnaud Maroc) ne semble pas avoir été du goût  des autorités locales. Une délégation regroupant un pacha, un caïd et un délégué régional du ministère de l’Emploi  et des Affaires sociales leur a demandé de mettre fin au sit-in qu’ils observent à l’intérieur du siège social de l’entreprise. Le hic, c’est que cette intervention des autorités locales n’est nullement justifiée par la loi ni par une quelconque décision de justice.
«Il n’y a pas de décision écrite mais nous avons  reçu l’ordre de vous évacuer des lieux. C’est tout », c’est ainsi que nous a répondu un pacha relevant de la préfecture des arrondissements de Sidi Bernoussi lorsqu’on a lui demandé de nous justifier sa décision. Il a argumenté ses dires en arguant qu’il s’agit d’ordres provenant de haut lieu », a précisé Abderrazak Moumine, secrétaire général du Syndicat unique des métaux. Et d’ajouter : « Les 320 ouvrières en grève ont exécuté cet oukase sans rechigner et sans heurts ». 
Leur débrayage ne semble également pas avoir été vu d’un bon œil par la direction de l’entreprise qui compte, en violation des dispositions du Code de travail,  faire appel à de la main-d’œuvre étrangère en vue de  saboter la grève en cours. « On a entendu dire que la direction prévoit, dès ce lundi, de faire tourner les machines en faisant appel à du personnel étranger à l’entreprise et provenant de Mohammedia. En fait, la société est paralysée depuis le 2 mars dernier et les cadres non grévistes  ne font que gérer les stocks des magasins », nous a confié notre source qui ne semble pas optimiste concernant une éventuelle issue proche pour cette crise. « La direction campe sur ses positions et ne veut nullement entamer de dialogue avec le personnel. Elle a même renié les dispositions  du protocole signé le 22 mars par son responsable des ressources humaines et notre syndicat en présence du directeur provincial du ministère de l’Emploi et des Affaires sociales et du président de la Commission provinciale d’enquête et de réconciliation», nous a révélé Abderrazak Moumine. Et d’affirmer  «La direction a prétendu que ce protocole n’avait pas de valeur juridique puisque le responsable des ressources humaines signataire de celui-ci n’est qu’un simple stagiaire et  qu’il n’avait pas été juridiquement habilité à représenter la société. Une aberration puisque plusieurs notes de service et les attestations de travail de plusieurs employés sont signées par  ce cadre».
Selon notre source, la direction ne reconnait pas la grève comme étant un droit légitime édicté par la loi dans le but de défendre les droits légitimes des travailleurs. «La direction de l’entreprise sème la confusion et joue sur les mots. Elle veut à tout prix assimiler notre mouvement de grève à une entrave à la liberté du travail sévèrement punie par le  Code pénal qui stipule dans son article 288 «l’emprisonnement d’un mois à deux ans et d’une amende de 120 à 5.000 dirhams ou de l'une de ces deux peines seulement, le recours à la force, aux menaces ou aux manœuvres frauduleuses visant à provoquer un arrêt de travail dans le but de forcer une modification salariale ou mettrait en péril le libre exercice du travail», nous a-t-elle déclaré. 
A rappeler que des centaines d’ouvriers de l’ex-Carnaud Maroc sont en grève depuis près d’un mois pour protester contre un projet de délocalisation qui ne dit pas son nom. L’administration de l’entreprise aurait, dans ce sens, procédé au démantèlement des machines de production de l’usine de Casablanca pour les transférer en Espagne. Cette opération aurait été accompagnée par une réduction du nombre de salariés. Pis, ladite opération de démantèlement a été entamée  alors que les négociations avec les représentants du personnel  n’ont pas encore abouti.

Les raisons de la grève : le jeu de Monopoly des capitalistes.  Délocalisations et restructuration sur le dos des ouvriers.  Carnaud est une multinationale d'origine française.  Des entreprises du groupe Carnaud sont implantées depuis longtemps en Seine-Maritime.

Extraits :

 

En effet, l’administration de l’entreprise aurait procédé au démantèlement des machines de production de l’usine de Casablanca pour les transférer en Espagne. Le tout serait accompagné d’une réduction du nombre de salariés sans leur proposer de plan social.
«L’administration a procédé au démantèlement de machines qui fabriquent 70% de la production et compte ne laisser sur place que celles dont les capacités de production ne dépassent pas les six mois. Et du coup, le personnel sera obligé de ne travailler que six mois et chômer le restant de l’année », nous a précisé Abderrazak Moumine, secrétaire général du Syndicat unique des métaux. Et de poursuivre : «Pis, ladite opération de démantèlement a été entamée alors que les négociations sur le sort des ouvriers n’ont pas encore abouti».

Libe-Ma, journal de l'Union Socialiste des Forces Populaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Action communiste
commenter cet article

commentaires

Articles Récents