Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 22:34
Après 51 jours de grève, le conflit est terminé à la clinique du Pont de Chaume de Montauban

Un protocole d'accord a été trouvé entre syndicats et direction à la clinique du Pont de Chaume à Montauban. Après 51 jours de grève, la situation était devenue très difficile pour tout le monde : pour les salariés dont certains avaient entamé une grève de la faim mais aussi pour les patients.

© Julie Valin/France 3 Midi-Pyrénées

© Julie Valin/France 3 Midi-Pyrénées

Les grévistes de la clinique du Pont de Chaume de Montauban (Tarn-et-Garonne), en grève depuis 51 jours, ont signé vendredi soir un protocole de fin de conflit avec la direction.

L'accord comprend notamment "3 embauches d'aide-soignants et une réorganisation des conditions de travail", a indiqué Lina Desanti, secrétaire générale de l'union CGT départementale. Il scelle aussi "la fin de toutes les grilles de salaires en-dessous du SMIC", une évolution des salaires "tous les deux ans" au lieu de huit auparavant, ainsi qu'une prime de 400 euros.

Le syndicat a pris "ses responsabilités, puisque la direction ne les prenait pas", a jugé Christophe Couderc, secrétaire général CGT à la clinique. "Nous avions 4 grévistes de la faim qui en étaient à 10 jours, leur santé commençait à être en danger, l'une d'entre elle a été hospitalisée, ça a pesé, et à l'approche de Noël, on était à 0 sur le salaire de novembre", a-t-il déclaré. "On ressort avec des avancées, mais il faudra continuer à se battre au quotidien pour défendre nos droits, nos acquis", a-t-il ajouté.

Jusqu'à 183 salariés sur 500 soit "pratiquement 80% du personnel soignant" ont cessé le travail dans cette polyclinique pour défendre "les salaires et les conditions de travail", un nombre qui s'était réduit à 134 ces derniers jours, a indiqué Christophe Couderc.
Début décembre, 100 à 150 manifestants avaient occupé le hall de l'Agence régionale de santé (ARS) de Toulouse, avant d'être reçus par une délégation de la directrice générale.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents