Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:41

Lettre d'Espagne

 

Le Parti Communiste espagnol a une longue histoire glorieuse de luttes, durant la guerre contre le fascisme franquiste, et durant quatre décennies de clandestinité.
L'Espagne et la France ont un passé différent: Nous avons hérité des révolutionnaires de 1789 une Nation unie malgré ses différences régionales, alors que les Communistes d'Espagne ont depuis longue date reconnu l'existence de Nationalités (Catalogne, Euzkadi, etc ) au sein de leur État : Le PCF et le PCE ont cependant mené des combats communs, au service de la République de Front Populaire, et dans la Résistance antifasciste. Ils ont connu aussi les mêmes dérives opportunistes et électoralistes à la fin du XXème siècle, qui ont entraîné la même perte d'influence.
Comme en France, certains Communistes d'Espagne fidèles à leur idéal, ne se résignent pas à ce déclin: A preuve, ces réflexions de militants d'Andalousie commentant le document-programme proposé par la direction d'Izquierda Unida (l'équivalent du Front de Gauche français). On peut ainsi voir à quel point les préoccupations des Communistes de part et d'autre des Pyrénées se rejoignent.

Collectif Communiste Polex
publié le : 8 Septembre, 2015

 

Contenu du processus d'unité populaire (extraits)
1 S'agit-il d'une dénonciation claire du mode de production capitaliste et de ses manifestations dans les divers cadres géographiques? Ou, au contraire, consiste-t-il à légitimer les politiques social- démocrates pratiquées par le PSOE, comme cela s'est fait, par exemple en Andalousie ( où IU et PSOE dirigeaient ensemble la Région de 2012 à début 2015 ).
Le document ne mentionne pas le socialisme comme objectif absolument nécessaire de l'Unité Populaire: un socialisme qui combatte efficacement l'inégalité sociale, le chômage et la misère, qui fasse la promotion d'une nouvelle démocratie politique et économique, et qui en finisse avec les agressions contre l'environnement; un socialisme qui mise résolument sur la paix.
Au contraire, l'expression utilisée, confuse et ambiguë, est le " changement de modèle productif " inclus dans un programme permettant la " sortie sociale de la crise " ( ? ). Le document n'indique pas en quoi consisterait ce changement, ni ce que serait ce " nouveau modèle."
S'il s'agit d'un oubli, c'est énorme, si c'est délibéré, c'est encore pire.
La stratégie d'Unité Populaire n'a de sens que si elle a pour objectif, de manière constante, la construction d'une société socialiste. Tout autre démarche conduit au renforcement du capitalisme et transforme l'Unité Populaire en une organisation au service de la social-démocratie et du bipartisme, ne pouvant déboucher que sur des changements cosmétiques, perpétuant un régime d'oppression et d'exploitation qui bénéficie à une minorité.
2 Il nous paraît au contraire pertinent, et même indispensable, d'appeler à la rupture démocratique comme objectif de base de l'Unité Populaire.
Mais pour que cette stratégie de rupture démocratique soit crédible aux yeux des protagonistes appelés à construire cette Unité Populaire, il faut que soit pratiquée l'autocritique correspondante. Pourquoi s'évertuer à passer sous silence les responsabilités -politiques- de ceux qui ont participé à la mise en place du régime de 1978, fruit d'un pacte entre les forces sociales, politiques et économiques de la dictature franquiste, avec celles de la Droite parlementaire et Nationaliste, de la Social-démocratie, et de " l'Euro-Communisme "?
Aujourd'hui, il n'est pas crédible d'appeler à une rupture démocratique, si, en même temps, on s'acharne à éviter l'analyse d'une " transition", qui a si fort lésé les intérêts des ouvriers et des couches populaires.
Parce que cette " transition " de 78 eut, entre autres, pour conséquences: la légitimation a la tête de l'État du personnage désigné par le Dictateur, en oubliant les aspirations de renouer avec le régime républicain, et en méprisant tous les citoyens qui avaient lutté et souffert pour lui; que le pouvoir de la Finance est aujourd'hui plus grand que dans les dernières années du Franquisme; que les privilèges de l'Église catholique n'ont pas diminué, bien au contraire, depuis 1978; que depuis 78, un extraordinaire processus de privatisations et d'expropriations a entraîné une accumulation accélérée du Capital dans les mains d'une minorité; que les réformes successives du Droit du Travail et de la protection sociale adoptées par les gouvernements du PSOE et du PP ont sévèrement rogné d'importantes conquêtes du mouvement ouvrier, avec la connivence d'un syndicalisme de collaboration de classe promu au détriment de celui de combat ( Accords de Moncloa en 1977 ); que se sont multipliées les atteintes à la souveraineté nationale, territoriale, économique et financière ( OTAN, boucliers anti-missiles, bases états-uniennes, disparition de la monnaie nationale, limitation du déficit de l'État, base permanente US de déploiement rapide en Afrique, etc ); que la Loi d'Amnistie de 1997 a laissé impunis les crimes du Franquisme. Et, plus récemment, s'y sont ajoutées des atteintes multiples aux droits sociaux, économiques, et aux libertés (loi " bâillon "), sans oublier le sauvetage des banques privées, alors que le chômage dépasse toujours 25 pour cent des salariés.
Nous avons le droit et le devoir d'analyser notre passé avec un regard critique, si nous voulons éviter de commettre de nouvelles erreurs: le projet d'Unité Populaire doit être formulé à partir de l'autocritique.
3. Il n'y aura pas d'Unité Populaire ni même pas de réponse électorale efficace au bipartisme, si elle ne s'appuient pas sur une large mobilisation sociale et ouvrière, dans les villes et les entreprises, contre l'oppression et l'exploitation dans les usines, contre les expropriations, les privatisations et les régressions de toutes sortes en dehors des lieux de production......
4 Le projet d'Unité Populaire ne peut passer sous silence les agressions de l'Impérialisme dans et hors de notre aire géographique. Unité Populaire doit signifier appui et solidarité effective avec les peuples en lutte pour leur émancipation politique, économique, et sociale, contre l'Impérialisme, et la dénonciation constante et ferme des positions opportunistes et complices de la Social-démocratie: le rôle honteux de valet de l'Empire contre les gouvernements progressistes d'Amérique Latine joué par Felipe Gonzalez en est un bon exemple...
Les responsabilités ( au sein de l'Unité Populaire ) doivent être confiées par des élections directes des militants de base en Assemblées...
L'intégration des militants syndicaux et sociaux est prioritaire au sein de l'UP: les militants de l'UP doivent s'impliquer de manière active dans les mobilisations sociales, ouvrières et populaires en cours et à venir, avec le souci de favoriser leur développement...
Le renforcement de l'organisation et le réarmement idéologique sont des tâches urgentes au sein de l'UP: combattre les positions réformistes, revivifier les valeurs supérieures du Socialisme,....provoquer la rupture démocratique, l'ouverture d'un processus constituant, la récupération de la souveraineté par la sortie de l'UE, de l'OTAN, de l'Euro, le démantèlement des bases militaires étrangères.....
Les positions réformistes sont celles qui font le plus de tort au caractère démocratique de l'organisation. Les conduites et les actes d'autoritarisme dans notre organisation, à tous les niveaux, sont basés sur ces déviations. C'est la tâche de chacun, y compris des militants de base, de s'y opposer, et de défendre sans cesse un mode d'organisation et une réflexion vraiment collective.

Traduction du collectif polex

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents