Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 14:17

Publié par Jean Lévy

 

La cgt

 

Mobilisation le 5 février 2015
contre les abus de « travail détaché »

vendredi 30 janvier 2015 , par Philippe Gelinaud

La fédération nationale CGT des salariés de la construction, du bois et de l’ameublement appelle tous les salariés du secteur à se mobiliser, jeudi 5 février 2015, contre le recours abusif au « travail détaché » et pour «  la généralisation et l’application du principe de l’égalité de traitement », quelle que soit l’origine des travailleurs.

Dans un communiqué du 29 janvier 2015 diffusé après la découverte d’une main d’œuvre illégale et sous-payée sur le chantier de la nouvelle caserne des pompiers de Perpignan, dans les Pyrénées-orientales (66), la fédération CGT de la constructiondénonce cette « traite humaine » où « le travailleur détaché représente le dernier maillon de la chaîne du travail à bas coût ».

La sous-traitance pour dissimuler le travail détaché

Le syndicat pointe aussi du doigt les pratiques qui consistent à avoir plusieurs niveaux de sous-traitance : le sous-traitant sous-traite, et ainsi de suite. Ce procédé en cascade permet de recourir de façon déguisée au travail détaché, celui-ci n’apparaissant jamais au niveau de l’entreprise principale.

La directive européenne 96/71/CE définit le travailleur détaché comme étant « tout travailleur qui, pendant une période limitée, exécute son travail sur le territoire d’un État membre autre que l’État sur le territoire duquel il travaille habituellement. » Le travailleur de l’union européenne ainsi détaché en mission doit être rémunéré et travailler aux conditions du pays d’accueil. Seules les cotisations sociales sont celles du pays d’origine.

Le travail détaché comme outil de dumping social

Le recours à des travailleurs provenant de pays où les cotisations sont inférieures peut représenter une baisse sensible du coût de la main d’œuvre. Cela crée un phénomène de dumping social amplifié par le fait que certaines grandes entreprises font venir des ouvriers sans respecter les règles du travail détaché.

Dans un secteur d’activité où la pénibilité n’est déjà pas reconnue à son juste niveau, les conditions de salaire et de sécurité sont alors souvent synonymes de précarité et de mise en danger pour les travailleurs, tout en menaçant la survie des petites et moyennes entreprises honnêtes.

Les revendications de la fédération CGT de la construction :

  • Limitation des niveaux de sous-traitance ;
  • Renforcement des responsabilités des maîtres d’ouvrage et des donneurs d’ordres ;
  • Renforcement des moyens de contrôles et mise en place de sanctions dissuasives en cas de recours abusifs au travail détaché ;
  • Vérification de la conformité des prix pratiqués avec le respect du droit social, des conditions de travail et de sécurité ;
  • Possibilité pour les organisations syndicales d’avoir libre accès aux chantiers et aux documents ;
  • Généralisation et application du principe de l’égalité de traitement, quelle que soit l’origine des travailleurs.

Outre l’appel à la grève pour le 5 février, la fédération CGT de la constructionannonce, pour le même jour, des rassemblements sur deux chantiers industriels d’envergure :

  • Le terminal méthanier de Dunkerque, dans le Nord (59), un des plus gros chantiers industriels actuels en France.
  • L’International Thermonuclear Experimental Reactor (ITER, en français : réacteur thermonucléaire expérimental international) à Cadarache, dans les Bouches-du-Rhône (13).

 
PDF - 437.9 ko
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents